Première interview : les coulisses, et mes 8 meilleurs conseils.

La Business Factory - Interview pour le podcast Start the powerLa Business Factory - Interview pour le podcast Start the power

Réaliser sa première interview est toujours un moment important et marquant dans la vie d’un entrepreneur.

Pour un entrepreneur, lorsqu’un journaliste vous contacte pour une interview, c’est avant tout le signe d’un intérêt pour ce que vous faites, et quelle que soit l’importance du média, c’est une marque de reconnaissance du travail accompli jusque là, une source de fierté et souvent le déclencheur d’une grande excitation.

Mais c’est aussi un exercice professionnel durant lequel on essaye de faire passer des messages de la meilleure manière possible, et l’enjeu qu’on place dedans apporte parfois son lot de stress.

Retour sur les coulisses de ma première interview…

Richard Delaume est le créateur et producteur d’un podcast sur l’entrepreneuriat, Start The Power (disponible également sur iTunes). Deux fois par mois, il rencontre des entrepreneurs et les fait parler sur leur parcours, leur entreprise, leur vision. Chaque podcast est toujours très intéressant, Richard maîtrise sa technique et sa personnalité avenante lui permet de gentiment amener ses interlocuteurs à sortir des discours trop établis, des pitches appris par cœur et des phrases toutes faites.

Après un premier échange via LinkedIn, à la suite de la publication de mon article sur les marins et les entrepreneurs, nous avons convenu d’une première prise de contact par téléphone. La conversation, qui a porté sur mon parcours mais aussi sur l’écosystème Startup en Suisse romande, a duré plus d’une heure, et nous convenons de nous retrouver quelques semaines plus tard pour une interview dans les locaux de ma société, La Business Factory, à l’occasion d’un déplacement de Richard à Genève.

 

Erreur d’agenda et petite montée de stress…

Nous sommes alors fin juillet, et le rendez-vous est pris pour jeudi en fin de journée. La veille, Richard m’appelle. N’ayant pas de rendez-vous, et quelques sujets personnels à traiter, je ne suis pas au bureau.
« Bonjour Jacques. Notre rendez-vous tient toujours ? Je suis devant les bureaux de ta société. »

Petite montée de stress…
« Oui, ça tient toujours, mais… ça n’était pas prévu pour demain ? »

Moment de silence. Richard réalise qu’il a fait une erreur d’agenda.
« Zut, j’avais noté aujourd’hui ! C’est possible maintenant ? Je ne pourrai pas venir à Genève demain. »

C’est ça aussi, la vie d’un entrepreneur : être prêt même quand on ne s’y attend pas, réfléchir vite et trouver une solution.
« Écoute, va boire une bière sur la terrasse du café d’à côté, et je te rejoins au plus vite ! »

Et c’est ainsi qu’a démarré ma première interview pour La Business Factory.

Richard a apporté son matériel, un superbe enregistreur Nagra (du matériel suisse très prisé par les professionnels), un micro classique pour lui, un autre sur pied pour moi, et après quelques instants pour tout installer et faire quelques réglages, nous démarrons notre conversation.

La trentaine établie, ancien genevois d’adoption (il a entre autres travaillé pour la Tribune de Genève, Le Temps et 24heures), Richard habite maintenant en région parisienne. Musicien, producteur de contenu audiovisuel, entrepreneur, c’est une personne très sympathique et un interviewer très doué qui sait mener la discussion et mettre à l’aise ses interlocuteurs.
Il a eu toutefois un peu de mal avec moi, ce changement de dernière minute a fait grimper d’un cran ou deux mon niveau de stress, et cela se sent en début de discussion.

 

Une heure quinze plus tard, l’interview est finie.

Richard coupe les micros, éteint son enregistreur et commence à ranger son matériel. Nous avons abordé de nombreux sujets très intéressants, mais je ne suis pas certain d’avoir très bien réussi ce premier exercice.
Sur le moment, j’ai l’impression d’avoir été ennuyant, de ne pas avoir été clair, et je regrette de ne pas avoir plus préparé cette interview. Sentiment classique pour le faux décontracté et un poil perfectionniste que je suis.

De plus, je sais que Richard aime produire des podcasts avec le minimum de montage, et que mes nombreuses hésitations pour trouver les bons mots, mes toussotements ou le bruit de mon verre lorsque je bois, seront tous audibles. On entend même la petite sonnerie de mon portable que j’ai oublié d’éteindre. Erreur de débutant, cela fait partie de l’apprentissage.

Devinant mes inquiétudes, Richard me rassure, me dit que c’était très intéressant, que c’est un des plus longs podcasts qu’il a réalisé et qu’il n’a pas vu le temps passer.

Nous sortons dans le parc qui se trouve juste en face de mes bureaux pour prendre quelques photos. Je m’adosse à un grand arbre, et je prends la pose.

Puis nous nous séparons, me laissant, avec une certaine anxiété, dans l’attente du résultat. Contrairement à un article écrit, pour lequel on a souvent la possibilité de reformuler certains passages, l’enregistrement en conditions du live ne laisse pas la place à l’erreur. Je me demande à quoi ressemblera le résultat final.

Ce que j’ai appris de cette première expérience

  1. Faites connaissance avec le journaliste avant l’interview : Si vous en avez la possibilité, prenez le temps d’échanger avec le journaliste avant le démarrage de l’interview. Cela a de nombreux avantages : faire connaissance et ainsi ne plus être de parfaits inconnus l’un à l’autre ; lui permettre de mieux vous connaître, ce qui lui permettra de plus facilement savoir, s’il doit vous relancer, vous guider, ou au contraire vous laisser parler ;  vous détendre un peu, ce qui n’est pas négligeable surtout pour une interview audiovisuelle ; et enfin, au travers des quelques sujets abordés, vous permettre de mieux exprimer votre pensée une fois le moment venu.
  2. Ne bachotez pas avant l’interview : Si vous êtes amené à parler d’un sujet qui vous tient à cœur, il n’est pas nécessaire de préparer l’interview, les mots viendront facilement. Si au contraire vous devez parler sur un sujet que vous maîtrisez moins, il peut être utile de demander à un spécialiste de vous donner une vision globale. Ceci dit, je vous déconseille ce second cas de figure, les erreurs peuvent faire mal selon les sujets !
  3. Anticipez les petits problèmes logistiques : Prévoyez aussi un ou plusieurs verres d’eau à disposition. La bouche devient rapidement sèche lorsqu’on est stressé, et boire une gorgée vous permettra de faire une mini-pause et de réhydrater votre bouche et votre langue. Mettez votre portable sur vibreur ou éteignez-le. Renvoyez vos appels sur votre boîte vocale ou vers un collègue. Si vous avez des collaborateurs, prévenez-les afin qu’ils ne débarquent pas dans votre bureau en pleine interview ! Enfin, fermez la fenêtre, les bruits de l’extérieur s’entendent déjà bien assez avec les fenêtres fermées.
  4. Installez vous confortablement : Le moment venu, prenez le temps de bien régler votre chaise, et de trouver une position confortable, dans laquelle vous pouvez parler et respirer tranquillement.
  5. Et justement, respirez ! Le stress peut rendre la respiration plus superficielle, et non seulement cela va rendre votre parole plus hachée, mais cela va aussi réduire l’apport en oxygène de votre cerveau, alors que vous allez en avoir besoin durant l’interview !
  6. Laissez vos émotions s’exprimer : si le journaliste fait une blague pour vous détendre, laisser votre rire jaillir de votre gorge. Le fou rire qui s’éternise n’est pas idéal, mais ce sera toujours mieux qu’un ton de voix monocorde et glacial !
  7. Restez naturel mais restez professionnel également : sans avoir besoin d’utiliser un langage qui n’est pas le vôtre, évitez toutefois certaines expressions ou certains mots trop familiers s’ils ne sont pas adaptés à l’audience. Ce qui peut passer avec un client que vous connaissez depuis 15 ans coincera peut-être avec un auditeur qui vous découvre à cette occasion.
  8. Profitez de l’instant : ça y est, votre première interview est là, c’est une première marque de reconnaissance importante, autant savourer son plaisir au mieux.

Le moment de la publication arrive enfin !

Quelques semaines plus tard, Richard me contacte un dimanche soir pour m’informer que le podcast est prêt à être diffusé le lendemain matin. Il souhaite vérifier avec moi que les liens mentionnés sur la page de son podcast sont corrects. Je vais sur le site, mais je n’ose pas écouter l’interview. D’abord, la vérification des liens. Je lui réponds que tout est ok, puis je m’installe confortablement sur mon canapé et je clique enfin sur le bouton Play.

A ma grande surprise, le résultat me semble plutôt bon. Richard a su structurer la discussion, et si j’avais eu, sur le moment, l’impression que les sujets étaient partis dans tous les sens, ce n’est pas ce qui ressort de l’enregistrement. La discussion est conviviale, fluide, animée, à l’exception de quelques hésitations, et je suis satisfait d’avoir pu passer les messages qui me tiennent à cœur sur ce que devrait être à mon sens l’accompagnement des entrepreneurs.

J’ai même le sentiment que nos échanges pourront intéresser de nombreuses personnes, les entrepreneurs bien sûr, mais aussi celles et ceux qui aimeraient se lancer mais hésitent encore, celles et ceux qui sont en recherche d’un incubateur professionnel, et également les autres acteurs de l’accompagnement à la création d’entreprise.

Mais plutôt que de vous donner mon avis forcément subjectif, je vous laisse juger par vous-même. Voici le lien vers le podcast :

Start The Power – Episode 21 – Entreprendre, c’est se confronter à soi et à l’inconnu

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Faites moi part de vos commentaires, j’aimerais beaucoup savoir ce que vous pensez de ma vision de l’entrepreneuriat et de l’accompagnement des entrepreneurs.

Et si vous avez d’autres conseils à partager, ils sont les bienvenus !

Vous pouvez me contacter via ma page LinkedIn, ou directement via le site de ma société.

 

———————————— 

A propos de La Business Factory.

La Business Factory (www.la-business-factory.com) est le premier Incubateur Nomade et Booster d’Entrepreneurs à destination des Startups, Indépendants, TPE et PME. Nous soutenons vos projets à Genève, Lausanne, Annecy, Paris et Lyon.

A la différence des incubateurs « classiques », notre approche place l’entrepreneur au cœur de son projet et aborde non seulement les problématiques business de la création d’entreprise, mais également les difficultés rencontrées personnellement par l’entrepreneur durant la naissance et la vie de son entreprise.

Nous proposons des modules d’accompagnement spécifiques, que ce soit pour votre business ou pour vous même, ainsi que des abonnements « All Inclusive » vous permettant de bénéficier de notre approche exclusive à 360° Business(+)Humain à des coûts maîtrisés et abordables.

La Business Factory aide aussi les entrepreneurs déjà établis à atteindre le niveau suivant de leur parcours entrepreneurial, via notre Business Booster. Notre modèle d’affaire, une rémunération basée en partie sur vos résultats, garantit un total engagement de notre part aux entrepreneurs que nous accompagnons.

Enfin, La Business Factory propose du Business & Executive Coaching pour les Entrepreneurs, Dirigeants et Managers d’entreprises de toutes tailles.

Pour en savoir plus, visitez notre page LinkedIn, et suivez-nous au quotidien sur Facebooksur Instagram et sur Twitter.

Cet article a également été publié, ainsi que d’autres, sur Pulse, la plateforme de blogging de LinkedIn.

About the Author

Jacques

Ma carrière, riche de nombreuses expériences en tant qu’Entrepreneur et Consultant en Management, m’a donné l’opportunité de conseiller et d’accompagner une grande variété de clients (plusieurs dizaines de PME & Indépendants, et plusieurs Multi-Nationales) sur de nombreux sujets tels que : business development, business management, pilotage opérationnel et financier, gouvernance, digitalisation et fusions-acquisitions (je vous invite à découvrir mon profil et à nous connecter sur LinkedIn).
Début 2016, après quelques mois passés à travailler sur mon nouveau projet professionnel, j’ai fondé ma 4ème société et je suis maintenant Managing Director de La Business Factory.
Je suis également Executive & Business MasterCoach certifié, motivé et engagé auprès des entrepreneurs, des managers et des personnes en transition de carrière, et Superviseur de Coachs.

Mes clients sont principalement situés à Genève, Lausanne et Neuchâtel (Suisse), ainsi qu’à Annecy et Paris (France).

Je suis également Conférencier et Expert pour des événements liés à l’entrepreneuriat.

3 Comments on "Première interview : les coulisses, et mes 8 meilleurs conseils."

  1. Merci beaucoup pour ces conseils très constructifs !

  2. C’est visiblement tout un process…

  3. Merci pour le partage de cette expérience !

Leave a comment

%d blogueurs aiment cette page :